Une Finale éloquence au Collège Louis Launay de Landivy

Finale du concours d’éloquence au collège Louis Launay LANDIVY

La grande finale du concours d’éloquence n’a pas pu être organisée en raison de la crise sanitaire.

Les collégiens de Landivy ont néanmoins organiser leur propre finale avec leur professeur madame Chazeaud.

Les 6 élèves finalistes, Capucine Colet, Victoria Membrat, Maylis Coullet, Clémence Lecoq, Stefy Delamarche et Anna Menotti, confinés, ont réalisé la vidéo de leur prestation afin de présenter au jury l’art de parler et d’argumenter.

Les membres du jury, Monsieur le Bâtonnier, Nicolas Dirickx, Laurence Braud de la DDSEN 53, Marie Christine Pichot, professeur retraitée Histoire Géographie, Sylvie Lebreton Derrien, directrice de la Faculté de droit de Laval et Isabelle Ledemeney, coordinatrice du CDAD 53 les ont départagés.

Les lauréates  :

1er prix éloquence : Maylis pour le sujet « Peut-on rire de tout ?  »

Second prix : Clémence pour le sujet sur l’agriculture

Troisième prix : Stephy pour le sujet sur « Être, ne pas être – s’intégrer »

 

Ce projet a pour objectif d’aborder des sujets en lien avec l’accès au droit, la citoyenneté et de permettre une réflexion de la part de jeunes collégiens et lycéens.

La quatrième éditions de ce concours débutera au mois de novembre 2020.

D’autre thèmes peuvent être abordés dans les discours : les discriminations, l’engagement citoyen, les adages et proverbes, les droits de l’enfant.

Pour plus d’informations, il convient de s’adresser au CDAD 53 cdad-mayenne@justice.fr

 

Accès au droit auprès des Jeunes – Troisième édition du concours d’éloquence en Mayenne,

Une finale Éloquence pour le Collège Louis Launay de Landivy

La troisième édition du concours d’éloquence de la Mayenne,  a commencé au mois de septembre 2019.

Elle était organisée par le contrat de ville de l’agglomération Lavalloise, la direction des services départementaux de l’éducation nationale de la Mayenne et le Conseil Départemental d’accès au Droit de la Mayenne, et l’antenne de l’Université du Maine, la Faculté de droit de Laval.

316 jeunes ont participé à cette aventure qui a débuté au mois de septembre 2019 regroupant 11 établissements scolaires;

En raison de la crise sanitaire, la finale initialement prévue n’a pu avoir lieu, mais des élèves ont continué malgré le travail distance et le confinement à poursuivre leur entrainement.

C’est le cas du Collège Louis Launay de Landivy.

« La finale de la demi finale du collège de Landivy » se tiendra prochainement sur vidéos avec un jury composé de cinq membres.

Six candidats sont en lice.

A très bientôt pour la promulgation des résultats fin juin.

A lire :

Témoignage Madame Chazeaud 

Journée nationale de l’accès au droit – Permanence gratuite avocat – 25 mai 2020

Permanences téléphoniques d’informations et d’orientations juridiques

En raison de la crise sanitaire, le palais de justice est fermé, ainsi que tous les points et relais d’accès au droit du département.

Dans le cadre du plan de continuité d’activité du CDAD 53, vous pouvez nous contacter :

En cas d’urgence judiciaire, vous pouvez saisir le tribunal par mail : tgi-laval@justice.fr

 

 

La vie du tribunal judiciaire de Laval à l’heure du confinement.

Émission Radio France bleu 14 avril 2020.

Pour Sabine Orsel, Président du tribunal judiciaire de Laval : cette vie est à la fois calme et agitée…
Calme, car le tribunal judiciaire de Laval  est fermé au public, il n’y a pas d’audience sauf pour les situations urgentes, mais elle est aussi agitée, car il y a des situations très urgentes à gérer.

Des professionnels sont présents au tribunal judiciaire : le procureur de la République, parfois le président, le directeur des services de greffe judiciaires et des greffiers. Les magistrats sont en télétravail, ils assurent la rédaction de jugements des dossiers examinés en amont du confinement.

L’essentiel des urgences sont des audiences en matière de protection pour les assistances éducatives (protection d’enfants mineurs) : le juge des enfants a ordonné le placement de mineurs depuis le début du confinement pour les protéger… Autre situation, en matière familiale, lorsqu’il faut éloigner un conjoint violent du domicile familial pour protéger une ou plusieurs victimes. Ou encore, en matière pénale, des affaires graves nécessitent parfois une intervention immédiate de la justice. Tous ces dossiers sont alors examinés.

Il y a des nouvelles affaires de violences intrafamiliales qui arrivent au tribunal. Le confinement n’est pas une situation qui améliore des relations difficiles, conflictuelles. C’est pourquoi la justice intervient pour éviter que la personne violente reste au domicile. Les victimes sont plus à même à dénoncer des faits aussi en raison de la situation actuelle, prenant conscience qu’elles ne pourront pas rester pendant toute la période de confinement dans cette situation.

Depuis le début de cette période tous les parquets  et tous les tribunaux ont été avertis de cette possibilité d’augmentation des violences familiales. En revanche, il y a eu aussi une baisse de certaines affaires comme les cambriolages ….

L’activité du tribunal judiciaire est totalement à l’arrêt depuis la mi-mars, sauf pour les situations urgentes.
Elle avait déjà pris du retard dès le mois de janvier en raison de la grève des avocats, mais aussi du manque d’effectifs de greffiers. Elle ne pourra pas être reprise à plein régime dès la réouverture des tribunaux. Il faudra un temps d’ajustement. Il est nécessaire de faire un état des lieux des différents services pour définir les priorités.
Il y aura 6 mois d’activités à rattraper, ce qui demandera du temps.

Concernant la protection des majeurs, certaines mesures doivent être renouvelées tous les cinq ans. Des ordonnances ont permis leurs prolongements temporaires. Elles devront  être effectivement prolongées à la sortie du dé-confinement, mais il y aura aussi toutes les autres mesures qui arriveront à échéance au mois de mai et au mois de juin. Le service de la protection des majeurs aura donc besoin de renfort pour essayer d’endiguer ce retard.
Ces mesures ont un impact très important sur la vie des personnes protégées mais aussi sur celle des familles.

La situation actuelle est inédite, elle aura des conséquences sur la vie sociale, économique mais aussi judiciaire.
À moyens constants, la situation sera très compliquée à gérer.

Aide aux victimes violences familiales

A l’initiative de la Secrétaire d’État chargée de l’Égalité Hommes-Femmes et pour lutter contre la recrudescence des violences conjugales due au confinement, il a été décidé de mettre en place dans les grandes surfaces des points d’accueil éphémères afin de permettre aux victimes de sortir de leur isolement et de trouver de l’aide. A cet effet, la Déléguée départementale aux Droits des Femmes et à l’égalité a mobilisé les partenaires Mayennais et une convention a été signée avec Carrefour Grenoux ( LAVAL) pour concrétiser ce projet. A partir du 16 avril et jusqu’au 10 mai au moins, associations et intervenante sociale se relaieront pour assurer des permanences du lundi au samedi, de 10h à 12h et de 14h à 16h.

#NeRienLaisserPasser

[covid 19 ] Plan de continuité CDAD 53

En raison de la crise sanitaire, le palais de justice est fermé, ainsi que tous les points d’accès au droit du département.

Dans le cadre du plan de continuité d’activité du CDAD 53, vous pouvez nous contacter :

En cas d’urgence judiciaire, vous pouvez saisir le tribunal par mail : tgi-laval@justice.fr

 

 

[COVID-19] Plan de continuité d’activité du CDAD 53

Ciné Débat  » Rendre la Justice » avec le Réalisateur Robert Salis

Dans le cadre du festival  «Cinéma et droits humains»

le documentaire « Rendre la justice » a été projeté le jeudi 23 janvier 2020 à 19h30 au cinéville de Laval en présence du réalisateur Robert Salis et de Madame de Souza, Vice présidente au tribunal judiciaire de Laval.

Ce ciné débat a été réalisé en partenariat avec Amnesty International et le conseil départemental d’accès au droit de la Mayenne.